La ptite souris du Web

La ptite souris du Web

Le quatrième mur de Sorj Chalandon

414o6n+NwlL._SL160_.jpg Mon avis : Georges est un communiste. Il est de toutes les manifestations dans les années 1970. Il y rencontre Samuel, un metteur en scène grec, et Aurore, qui deviendra sa femme. Leur passion pour le théâtre les rapprochera tous les trois. Sam rêve de faire jouer Antigone d'Anouilh au Liban en guerre. Il veut que chaque personnage fasse parti d'un camp différent dans cette guerre. Il veut 2 heures de paix. Il partage son temps entre Beyrouth et paris, mais tombe malade. Sur son lit d'hôpital, il va faire faire à Georges la promesse de finir de monter son projet. Georges va alors se perdre sans ce projet, dans cette guerre qui ne le concerne pas, dans ces visages qu'il ne connaît pas.

Ce roman a reçu le Prix Goncourt des lycéens en 2013. J'avoue que j'ai eu du mal à rentrer dedans. Tous les souvenirs militants de Georges m'ont ennuyé. Mais quand on commence à entrer dans le vif du projet, on se laisse emmener comme des acteurs se laissent porter par leur personnage. Le quatrième mur du titre est ce mur invisible qui sépare les acteurs des spectateurs. Mur qu'il est facile de franchir. C'est aussi ce mur qui je pense doit exister entre les reporters de guerre et leur objectivité fasse au reportage qu'ils font dans les pays en guerre. Quelle est la limite entre rester neutre et s'engager, d'un côté ou de l'autre ? C'est cette question que pose ce livre, que va se poser Georges. En le refermant, je peux dire que je ne comprend toujours pas cette guerre, dont le nombre de camps opposés brouille la clarté, mais je comprend le sens de l'engagement. Les mots et les images qui en découlent sont durs, choquants, percutants. On ne ressort pas indemne d'un tel livre...

 

Chalandon, Sorj. Le quatrième mur. Grasset, 2013



13/04/2015
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres