La ptite souris du Web

La ptite souris du Web

Little Joséphine... Et le vide se répète de Valérie Villieu et Rahaël Sarfati

 Résumé de l'éditeur :  "Je suis comme un bout de bois, je regarde le ciel, les nuages, et je me sens rien" m’a dit un jour une patiente. Je suis infirmière à domicile, et Joséphine
fait partie de ces rencontres importantes de ma vie d’infirmière. Une indéfinissable sensation de ressemblance, d’affinité comme on le connaît rarement dans une vie. J’ai eu la chance de la rencontrer, elle, qui se disait la fille d’Arsène Lupin ! L’humour était notre langage, notre terrain de jeu et notre lien. Elle était drôle et étonnement vivante malgré les troubles dont elle souffrait. Joséphine a questionné des choses essentielles pour moi, m’a aidé à mieux penser mon travail pour ne pas me perdre dans la passivité, l’indifférence. Par ce récit, je voudrais dire qu’il ne faut jamais capituler face à ces troubles du comportement si déstabilisants pour nous "bien portants". Il faut toujours chercher le lien, la porte qui nous permet d’accéder à l’autre. Et là, on peut être prêts à se laisser bouleversé par "la demoiselle aux yeux verts" ! "Parole d’indien !".» C’est cette aventure éminemment humaine que Valérie a demandé à Raphaël Sarfati de mettre en images, pour témoigner se son vécu et surtout du peu d’attention trop souvent porté aux personnes âgées. Emouvant et riche de questionnements.

 

Mon avis : Joséphine est une petite dame atteinte de la maladie d'Alzheimer. Elle est mise sous tutelle et reçoit la visite quotidienne de deux infirmières qui doivent l'aider à prendre ses médicaments. Valérie est l'une d'elles. Très vite leur rôle va se complexifier. En effet, les auxiliaires de vie, qui viennent lui préparer à manger, ne l'aident pas à faire sa toilette, à manger, en bref à régler le quotidien de cette petite vieille qui ne sait plus s'occuper d'elle.

On voit dans cette BD, les moments de complicité en tre Valérie et sa patiente, les moments de tendresse. Mais nous voyons aussi les difficultés face à la logique administrative, ces métiers du social qui sont peu connus et peu reconnus. Ces salariés qui côtoient la souffrance humaine et qui doivent se blinder pour pouvoir continuer à éxercer une profession qui est souvent une vocation. Et on se retrouve face à la maladie qui gagne du terrain jusqu'à la fin.

 

Un très beau manifeste sur le métier d'infirmière. Mais aussi sur la tolérance et la solidarité. Pensons à nos voisins, aux gens en difficulté autour de nous,  et non pas seulement à nos petites vies confortables.

 

Un nouveau livre à mettre au pied du sapin grâce au challenge d'Hylyirio.

 

 

 

Villieu, Valérie ; Sarfati, Raphaël. Little Joséphine... Et le vide se répète. La boîte à bulles, 2012



07/12/2012
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres