La ptite souris du Web

La ptite souris du Web

Swing à Berlin de Christophe Lambert

 Résumé de l'éditeur : Berlin, 1942. La guerre s'enlise, et les Allemands commencent à sentir que l'issue ne sera pas victorieuse. Joseph Goebbels, ministre de la Propagande, cherche un moyen de remonter le moral de la population. Et quoi de plus joyeux que le jazz ? Mais, considéré comme une "musique dégénérée" ou "musique de nègres", il est interdit par le régime. Le ministre ordonne donc que l'on crée un groupe de "musique de danse accentuée rythmiquement", un jazz qui valoriserait les thèses aryennes. Le vieux pianiste Wilhelm Dussander est à la retraite depuis que les membres juifs de son groupe ont été arrêtés. S'il estime que la politique n'est pas l'affaire des musiciens, il n'a jamais aimé les nazis. Pourtant, lorsque Goebbels le sollicite pour monter le groupe qu'il appelle de ses voeux, Dussander n'a d'autre choix que d'accepter...

 

Mon avis : Que dire de ce livre à part que c'est véritable coup de coeur ! Le régime nazi veut redonner le moral à la population civile qui, en cette année 1942, doute de plus en plus du bien-fondé de cette guerre. Les Allemands commencent à essuyer des défaites et il faut faire oublier aux civils les nouvelles du front. C'est pour quoi, le régime va vouloir mettre sur les ondes un style de musique particulier, une musique de "dégénérés", mais attention corrigée à la mode allemande et jouée par de bons allemands. Nous parlons ici du jazz.

Goebbels sollicite donc Dussander, éminent pianiste de jazz avant que son groupe, composé de juifs, ait été dissout. A lui de trouver de bons petits Allemands, bons musiciens, pour leur apprendre le jazz. Il va donc sillonner l'Allemagne avec un fonctionnaire zélé. Il aura ensuite un mois pour les mettre à niveau afin qu'ils puissent se produire en direct sur les ondes.

Nous suivons donc Dussander dans sa quête de musiciens doués, ayant le swing en eux. Nous suivons ensuite le groupe au cours de ses répétitions. Ces quatre garçons venant d'horizons différents vont devoir apprendre à jouer, mais aussi à vivre ensemble. Et dans une Allemagne nazie, où le groupe de la Rose blanche sévit, chaque relation peut devenir politique. Il est intéressant de voir évoluer les personnages dans leur certitudes, leurs émotions, et directement dans leur manière de jouer. Il vont devoir prendre des décisions importantes qui ne seront pas facile.

Le dénouement est totalement inattendu (en tout cas pour moi) et laisse entrevoir beaucoup d'espérance de la part des personnages. Musique, relations aux autres, nous font découvrir l'Allemagne nazie d'un point de vue inhabituel. Le cocktail est réussi !

 

Lambert, Christophe. Swing à Berlin. Bayard jeunesse, 2012



29/03/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres