La ptite souris du Web

La ptite souris du Web

Elle s'appelait Sarah de Tatiana de Rosnay

Résumé de l'éditeur : Paris, juillet 1942 : Sarah, une fillette de dix ans qui porte l'étoile jaune, est arrêtée avec ses parents par la police française, au milieu de la nuit. Paniquée, elle met son petit frère à l'abri en lui promettant de revenir le libérer dès que possible.
Paris, mai 2002 : Julia Jarmond, une journaliste américaine mariée à un français, doit couvrir la commémoration de la rafle du Vel d"Hiv. Soixante ans après, son chemin va croiser celui de Sarah, et sa vie changer à jamais.
Elle s'appelait Sarah, c'est l'histoire de deux familles que lie un terrible secret, c'est aussi l'évocation d'une des pages les plus sombres de l'Occupation. Un roman bouleversant sur la culpabilité et le devoir de mémoire, qui connaît un succés international, avec des traductions dans vingt pays.
Ce livre a obtenu le prix Chronos 2008, catégorie lycéens, vingt ans et plus.

 

Mon avis : J'aime les romans historiques, et ceux qui parlent de la seconde guerre mondiale ont ma préférence. C'est donc avec plaisir que je me suis plongé dans ce roman. Sarah est une petite fille juive qui vit la rafle avec ses parents. Elle cache son petit frère dans un placard croyant qu'elle reviendra le délivrer bientôt. On ne se fait aucune illusion en ce qui concerne le destin de ce petit garçon. On suit donc les déboires de Sarah et de ses parents.

Parallèlement, on suit Julia, journaliste américane mariée à un français, qui doit couvrir la commémoration de la Rafle pour son journal. Elle fait donc des recherches et se sent touchée par le destin de ces 4000 enfants juifs français, exterminés. Au fil de ses recherches, elle va se rendre compte qu'elle est liée par sa belle-famille, à l'une de ces petites filles.

 

C'est une histoire somme toute banale (même si aucune histoire tragique de cette époque n'est banale) sur la seconde guerre mondiale. Une de plus. Elle n'a rien apporté de nouveau par rapport à d'autre roman. On s'attache particulièrement à la Rafle du Vel d'hiv organisée par la police française (c'est ce qui change peut-être). L'indifférence des français et les tabous sur cette période sont bien décrit. L'incompréhension sur cette indifférence sera toujours présente je pense (qui peut dire ce qu'il aurait fait en pareille circonstance).

J'ai aimé le travail de recherche de Julia qui brave le regard négatif de sa belle-famille, avec le soutien de sa fille de 10 ans, est très intéressant, bien qu'un peu facile par moment.

 

Je ressort donc mitigé de cette relecture qui ne m'avait pourtant pas laissé ce sentiment la première fois que je l'avais lu. Il est vrai que depuis j'ai vu le film La Rafle.

J'ai entendu beaucoup d'avis partagés sur le film tiré du livre. Je ne l'ai pas vu et je n'ai pas tellement envie de le voir. Je préfère rester sur l'atmosphère que je me suis créée du livre.

J'avais relu ce livre dans le cadre de Lire en thème. Je n'ai malheureusement pas eu le temps de faire l'article avant l'heure du bilan.

 

Rosnay, Tatiana de. Elle s'appelait Sarah. Le livre de poche, 2007



17/08/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres